Jardin botanique national de Belgique



Les fruits tropicaux

  • Où peut-on les voir dans le Jardin botanique: Dans la serre avec les plantes economiques tropicales "Mabundu"

Jaquier(Artocarpus heterophylla) et taro (derrière) (Colocasia esculenta)

Un début plutôt embrouillé
"Ils vivaient de la chasse et de la pêche". Cette vision de la vie quotidienne de nos ancêtres oublie la moitié de l'histoire. "Ils" vivaient en fait autant de la cueillette des fruits et de la récolte des tubercules. A côté d'une nourriture d'origine animale, l'homme a toujours eu dans son menu de nombreux éléments végétaux. Notre dentition actuelle ne se compose d'ailleurs pas uniquement de canines aigues, mais également de molaires plus plates, particulièrement bien conçues pour mâcher finement des plantes. Et ces molaires, nos ancêtres en avaient bien besoin! La plupart des plantes sauvages ne sont pas tendres et sont donc difficiles à broyer. Les premières civilisations n'en sont heureusement pas restées à ce stade. Tout comme les animaux, certaines plantes ont été sélectionnées pour leur comestibilité, leur goût agréable, leur valeur alimentaire et leur facilité de culture. Souvent, ces plantes ont été si bien domestiquées qu'elles ne ressemblent quasi plus à leur ancêtres sauvages. Pour beaucoup de nos plantes cultivées actuelles, on ne connaît même plus les ancêtres d'origine.

Fleurs "adultes"
A côté des parties végétatives, c'est-à-dire les parties de la plante qui ne sont pas concernées par la reproduction - à savoir les tiges, racines et feuilles - certaines fleurs se mangent également, comme le broccoli ou le chou-fleur par ex. Dans la plupart des cas cependant, ce sont les fruits que l'on consomme. Les fruits sont formés directement à partir des fleurs. Au centre de la plupart de celles-ci, il y a un ou plusieurs pistils, correspondant en réalité à une feuille fortement modifiée, qui s'est soudée par les bords. Ce sont les ovaires, où sont logés les ovules; lorsque la fleur est pollinisée et fécondée par le pollen d'une autre fleur, les ovules se transforment en graines. En même temps, les ovaires deviennent des fruits. Les autres parties de la fleur meurent ou se soudent à la paroi du fruit qui se développe. Un fruit est donc, en quelque sorte, une fleur devenue adulte.

Fruits comestibles et non comestibles
Normalement, chaque fruit contient des graines. Cependant, beaucoup de nos fruits en contiennent peu ou pas du tout. En effet, la sélection a fait apparaître des formes cultivées qui développent des fruits sans qu'il y ait eu fécondation. Ce sont ce que l'on appelle les races parthénocarpiques. De tels fruits stériles n' apparaissent pas chez toutes les espèces végétales. Ainsi dans les vergers, la présence d'arbres pollinisateurs est toujours nécessaire pour assurer une bonne production fruitière. Les fruits peuvent être secs ou charnus. A maturité, les fruits secs deviennent durs et libèrent leurs graines en s'ouvrant Ils ne sont alors généralement pas comestibles. Il en va tout autrement pour les fruits charnus. Ceux-ci, au contraire, sont destinés à être mangés. En réalité, en les mangeant, les animaux rendent service à la plante ! Via leur tube digestif, les graines arrivent à être disséminées loin de la plante mère et la plante peut ainsi étendre son aire de distribution. Pour avoir un maximum de chance d'être mangés, les fruits charnus doivent être attractifs. Souvent, ces fruits sont vivement colorés, rouges, jaunes ou noirs et sont souvent agréablement parfumés. On y résiste alors difficilement. Les fruits sont aussi très nutritifs. Donnant - donnant : la plante doit nous "payer" pour les services rendus. Les fruits sont riches en sucres, acides organiques et vitamines, substances qui sont toutes indispensables pour la santé humaine. Evidemment, la plante "pense" aussi à elle-même. Les fruits assurent souvent une bonne digestion : pensez aux prunes! Les substances laxatives du fruit assurent un transit rapide des graines dans le tube digestif. Ainsi chacun est satisfait !

Les tropiques
Contrairement aux régions tempérées, les tropiques ne connaissent pas de fortes variations annuelles de température. La lumière solaire est forte et l'humidité atmosphérique élevée. Dans ces conditions, les plantes ont pu se développer de manière beaucoup plus importante que dans nos régions. De nombreuses plantes aux fruits comestibles y sont apparues. Ces plantes ont souvent été cultivées et utilisées par les populations locales. Très tôt, des expéditions ont été envoyées dans les régions tropicales pour en ramener les trésors vers la riche Europe. Parmi ces trésors, il y avait souvent des fruits et des plantes. Cependant, la lenteur des transports ne permettait d'en ramener qu'un petit nombre d'espèces. Etant donné que les fruits mûrs devaient se manger presque immédiatement, ils étaient souvent cueillis et transportés encore verts. La mâturation se poursuivait durant le transport. Ce processus est encore employé de nos jours pour le transport des bananes, mais c'est au détriment du goût! Au début, les fruits tropicaux étaient réservés aux plus fortunés, qui pouvaient en payer le prix. Plus tard, on commença à cultiver les plantes tropicales dans des serres spécialement chauffées, mais ceci n'était pas non plus à la portée de chacun. L'avènement des transports plus rapides rendit les fruits tropicaux plus abordables. Les bananes et les ananas envahirent de plus en plus les marchés. Ensuite, des fruits plus fragiles comme les avocats apparurent. Aujourd'hui, les avions transportent les fruits tropicaux dans des cales réfrigérées en quelques heures vers n'importe quelle destination. Kiwis, mangues, papayes, caramboles, dattes, figues et tant d'autres sont devenus des denrées courantes sur nos marchés.

Les tropiques sous verre
Dans les serres du Jardin botanique national poussent quelque 10.000 espèces de plantes tropicales et subtropicales. Si vous pouvez voir les fruits tropicaux dans les rayons des grandes surfaces ou sur les étalages des magasins spécialisés, les plantes qui les produisent gardent tous leurs mystères. Ici par contre, vous pourrez admirer vous-même celles dont sont issus tous ces délices exotiques.

Literature utile
Bärtels, A. (1993) Guide des plantes tropicales. Ulmer

Pour toute information ou réservation, contactez-nous (Tél: 02 / 260 09 70).


Jardin botanique national de Belgique
Domaine de Bouchout
B-1860 Meise