Jardin botanique national de Belgique



Le caféier
(Coffea arabica et Coffea canephora)

  • Rubiaceae
  • Origine: Afrique de l'Est et Centrale
  • Où peut-on les voir dans le Jardin botanique: Dans la serre avec les plantes economiques tropicales "Mabundu"

Coffea arabica

Le caféier
La plupart des caféiers sont des arbustes de 3-4 m de haut, toujours verts, poussant dans le sous-bois de la forêt tropicale humide. Les caféiers sont bien adaptés à ce milieu relativement sombre et très humide. Leurs feuilles sont opposées décussées; ceci leur permet de recevoir un maximum de lumière. Le limbe foliaire se termine en une pointe égouttoir qui facilite l'évacuation de l'eau de pluie excédentaire. Entre les deux bases des feuilles il y a deux stipules triangulaires. Les stipules situés entre les pétioles sont caractéristiques de la famille des Rubiaceae. Ils protègent le bourgeon. A l'aisselle des feuilles se développent chaque année de nombreuses fleurs blanches à roses. Elles sentent le jasmin et attirent les abeilles. Celles-ci assurent la fécondation et en échange, elles reçoivent du nectar caché dans le tube de la corolle. Après la fécondation, l'ovaire se transforme en fruit vert charnu qui rougit à maturité. Le fruit renferme deux noyaux durs. Lorsque le péricarpe de ces noyaux est enlevé, l'on aperçoit les grains typiques du café (graines). Celles-ci sont encore entourées d'une membrane argentée, la parche. Les graines débarrassées de leur parche sont ensuite torréfiées. La torréfaction libère l'arôme typique du café..

L'origine du café
La plupart de temps, on pense que l'origine du café se situe en Colombie, au Brésil, au Mexique, au Guatemala ou à Java. En effet, la plus grande partie du café acheté dans le commerce provient de ces pays. Ou bien on pense que le pays d'origine est l'Arabie parce que le nom spécifique du caféier est 'arabica'. Et pourtant, le caféier ne provient d'aucune de ces régions. Il pousse naturellement dans les forêts tropicales humides d'Afrique et de Madagascar. L'espèce la plus couramment cultivée est Coffea arabica qui est originaire des hauts plateaux du sud de l'Ethiopie.

Un peu d'histoire du café
Le café le plus bu provient de Coffea arabica. C'est Linné qui lui a donné son nom spécifique car il pensait que le caféier poussait en Arabie. A cette époque, le café n'était connu que des Arabes qui avaient le monopole du commerce du café. Ce monopole na été supprimé qu'au 18e siècle par la Compagnie des Indes orientales. Le café arabica ne pousse que dans les forêts de haute altitude du sud de l'Ethiopie. De là, il a été emmené d'abord par les Arabes vers les vallées humides au Yémen (probablement au cours du 11e siècle). Plus tard, la culture du caféier s'est étendue, via l'Inde, l'Indonésie et les capitales européennes, vers les différentes colonies en Amérique centrale et du Sud. Finalement, la culture du caféier a été introduite sur le continent africain. Entre-temps, d'autres espèces de caféier ont été découvertes et décrites, d'abord sur les îles et le long des côtes d'Afrique (2e moitié du 18e siècle, 1re moitié du 19e siècle), plus tard sur le continent. Ces découvertes allaient de pair avec l'exploration du continent africain. On découvre encore toujours de nouvelle espèces de caféiers. Actuellement on en connaît environ 100 espèces botaniques. Il y a en plus de nombreuses variétés cultivées de Coffea arabica. Actuellement, à côté de l'arabica, seul le caféier robusta (Coffea canephora) est cultivé à grande échelle. L'origine de ce caféier se situe dans les forêts tropicales humides africaines, du Sénégal à l'Ouganda. Cette espèce se développe bien dans les régions basses et donc plus chaudes. Elle est cultivée principalement en Afrique centrale et occidentale et en Indonésie. Certaines des autres espèces de caféiers sont employées localement..

Le Jardin botanique et la recherche sur le café
En Belgique la recherche botanique sur la flore d'Afrique centrale est devenue une spécialité qui trouve son origine dans son passé colonial. La Jardin botanique national a toujours joué un rôle de premier plan dans cette recherche. La recherche botanique concernant le café y trouve également son origine. Après la découverte de nouvelles espèces de caféiers sur le continent africain, vers la moitié du 19e siècle, on se doutait que de nouvelles espèces pouvaient également exister au Congo. Plusieurs "missions café" sont ainsi parties vers le bassin du fleuve Congo, fin du 19e siècle et début du 20e siècle, avec pour but de découvrir de nouvelles espèces. Elles groupaient des personnes intéressées tant par la sélection que par l'aspect botanique du caféier. Les missions les mieux connues sont celles dirigées par Lucien Linden, directeur de l'entreprise 'L'Horticole Coloniale' à Bruxelles et celles des frères Laurent. Linden organisa deux expéditions, en préparation de l'exposition horticole de 1900 à Paris; la première vers le Congo français (sous la direction de G. de Brander) et la deuxième vers l'Etat indépendant du Congo (sous la direction de E. Duchesne & E. Luja). C'est E. Luja qui découvrit le caféier robusta. L'espèce fut immédiatement mise en culture et distribuée pour la culture commerciale. Ceci fut fait par Lucien Linden, sous le nom de 'robusta'. Le nom scientifique de ce caféier est Coffea canephora. La matériel récolté à l'origine par Luja et par les frères Laurent se trouve encore toujours dans l'herbier du Jardin Botanique National. Jusqu'à nos jours, le caféier reste un sujet de recherche au Jardin botanique national de Belgique à Meise. C'est ainsi qu'au cours d'un projet de recherche sur les caféiers en Afrique centrale et de l'ouest (en collaboration avec K.U.Leuven), cinq nouveaux caféiers ont été décrits

Littérature
Pour plus d'informations sur les divers aspects du café, voir
Robbrecht, E. (ed.) (1995) Kawa: Les secrets du café, du caféier à la tasse. Jardin botanique national de Belgique*

* En vente à La Boutique ou à commander via notre site internet



Pour toute information ou réservation, contactez-nous (Tél: 02 / 260 09 70).


Jardin botanique national de Belgique
Domaine de Bouchout
B-1860 Meise